Comment choisir son objectif ?

objectif photo
objectif photo

En général, lorsque vous avez acheté votre appareil photo (hybride ou reflex), vous avez surement bénéficié d’un kit comprenant l’appareil photo et un objectif transtandard. Cet objectif rassemble les focales les plus utilisées (28, 35, 50, 85, 105…) et les valeurs intermédiaires. C’est ce que l’on appelle communément un zoom. Ces zooms sont de plus en plus qualitatifs, mais il faut reconnaître que ce ne sont pas les objectifs les mieux construits, les plus nets et les plus lumineux. Bien souvent, ils ne conviennent pas aux amateurs de photographie.
Cet achat est donc souvent ‘subit’ et ne conviendra pas. Il faudra choisir un autre objectif. Mais comment choisir ?

1 – Choisir sa focale

Vocabulaire
La focale, ou distance focale, est la distance entre le centre optique de l’objectif et le foyer (l’endroit où les rayons lumineux convergent pour créer une image nette sur le capteur ou la pellicule.

La focale d’un objectif correspond à son champ de vision (angle de champ). Par exemple, un objectif dont la focale est 24 mm, aura un champ de vision beaucoup plus large qu’un objectif de 100 mm


Plus la focale d’un objectif est importante, plus il y a un effet de grossissement (de rapprochement optique du sujet), un peu comme si on employait des jumelles.

Plus la focale est courte (l’angle de champ est large), plus il y a des déformations optiques (par exemple, aberrations en barillet ou coussinet). Ce phénomène de déformation s’arrête (théorique) après des valeurs de focales supérieures à la focale dite standard.

Déformation – aberration en barillet sur un 24×36(16 mm)

La focale standard d’un appareil photo, correspond à la focale qui se rapprochera le plus de l’angle de champ de l’oeil humain et à partir de la valeur de cette focale, il n’y a plus de déformations optiques (théorique). La focale standard se calcule en fonction de la taille de la surface sensible de l’appareil (le film argentique ou le capteur).
Par exemple, pour un appareil photo dont le capteur mesure 24 mm x 36 mm, la focale standard se calculera ainsi (théorème de Pythagore) : 24^2 + 36^2 = 1872 Racine carré de 1872 = 43,26 mm
Pour le 24×36 la focale standard est 43,26 mm, on dit par abus : 50 mm
Pour l’APS-C (18×24) : la focale standard est le 30 mm

Ce qui indique qu’un objectif 35 mm ne cadrera pas de la même manière sur un APS-C, sur un 24×36 ou sur un moyen format (surfaces sensibles plus grandes).

Exemples de focales (de 16 à 200 mm) sur un appareil 24×36, 50 mm correspondant à la vision de l’oeil :

On choisit donc sa focale en fonction de ce que l’on veut photographier…voici quelques exemples (focales pour le 24×36), pour l’APS-C, par exemple, diviser ses valeurs par 1,5 😉

16mm à 28 mm (très grands angles) : architecture, paysage, quand a besoin de recul mais que l’on ne peut pas reculer (ex : la photographie immobilière), effet Fisheye…
28 mm à 35 mm (très grands angles) :
la même chose que de 16 à 28, besoin de recul, mais beaucoup moins prononcé. Architecture, paysage, personnes en situation (dans leur environnement)…
50 mm :
la focale standard : paysage, personnes en situation, portraits plans moyens…
70 à 105 mm :
grossissement moyen, close-up, détails, portraits rapprochés…
120 à + :
fort grossissement, effet jumelles, photographie animalière, photographie ornithologique…

2 – Focale fixe ou Zoom ?

Un objectif à focale fixe, est un objectif qui ‘n’offre’ qu’une seule focale, qu’un seul angle de champ. Par exemple 28, 35, 50, 85 ou 105 mm.
Un zoom est un objectif qui permet d’avoir à disposition une plage focale, par exemple de 24 à 120 mm (Nikkor 24-120). C’est extrêmement pratique. Mais alors, si c’est si pratique pourquoi fabriquons-nous encore des focales fixes ?
Tout simplement, par les zooms sont des objectifs à formules optiques complexes qui souffrent d’autant de faiblesses optiques que leur plage focale est étendue (déformations, manque de piqué, manque de luminosité, aberrations chromatiques…). Les professionnels préfèrent donc, souvent, des focales fixes. Il existe bien entendu des zooms de bonne qualité, mais ils sont chers, encombrants et malheureusement toujours inférieurs en rendu à des optiques fixes.
Vous choisirez donc en fonction de vos envies, de vos exigences et de votre recherche de praticité un objectif à focale fixe ou un zoom.

3 – Lumineux ou pas ?


Quelle question !!! Lumineux bien sûr !
Sauf que…la réponse n’est pas aussi aisée. Un objectif est lumineux s’il peut accueillir une très grande quantité de lumière, c’est-à-dire s’il est équipé d’un diaphragme pouvant s’ouvrir en grand (grande simplification). C’est-à-dire des diaphragmes dont la valeur est inférieure à F:4. Malheureusement ces objectifs sont souvent très gros (lentille frontale avec un fort diamètre), lourd et très chers. On arrive à contenir l’embonpoint des focales fixes, mais malheureusement pas des zooms.
L’avantage de ces objectifs lumineux, c’est qu’ils permettent de prendre des photos dans des situations de lumières faibles, mais également d’obtenir (par un phénomène optique) des flous d’arrière plan très accentués (aux grandes ouvertures). La qualité de ces flous est appelé Bokeh par les amateurs de photo. Plus le diaphragme a de lamelles, plus le flou sera agréable.

Pour ceux qui veulent investir dans un objectif lumineux, je vous conseille ces objectifs de qualité (généralité dans chaque marque). Focales pour le 24×36

– 35 mm f:2
– 50 mm f:1,8 ou f:1,4
– 105 mm f:2,8
– 24 – 70 mm f:2,8
– 70-200 mm f:2,8

Objectif lumineux à F/2,8 permettant un joli flou d’arrière plan et prendre des photos en intérieur sans flash

4 – Stabilisé ou pas ?

Les objectifs actuels sont de plus en plus équipés d’une stabilisation interne. Ce mécanisme permet d’éviter les flous de bougé à la prise de vues. Ce sont des mécanismes qui sont de plus en plus nécessaires, au fur-et-à mesure que les appareils ‘gonflent’ en pixels. En effet, autant en argentique, on pouvait avoir en vitesse de sécurité pour un 50 mm: 1/60s, autant il est préférable de monter au 1/125s pour du 50 millions de pixels. Il est donc indispensable d’avoir des stabilisateurs d’image si l’on souhaite descendre au 1/20 ou 1/40s à main levée.

5 – Les spécificités

On peut trouver également des objectifs spécifiques, pour des usages tout au temps spécifiques.
– Objectifs macro (pour la macrophotographie)
– Objectifs à décentrement pour redresser les perspectives (pour l’architecture par exemple)
– Objectifs Fisheyes (sphérisation de l’image)
– Objectifs pour la photo sous-marine

Conclusion

Nous recherchons tous le tout petit zoom léger, très lumineux, allant du 16 mm au 400 mm, tenant dans une main et coûtant moins de 500 euros ! malheureusement, il n’existe pas et je pense que ce n’est pas pour tout de suite.
Vous allez devoir faire des compromis 😉
J’ai personnellement des optiques fixes que j’utilise pour des besoins spécifiques (paysage, portrait studio, macro…) mais également un zoom que j’utilise en balade et en vacances. Cela m’évite de changer d’objectif à longueur de temps, faire rentrer des poussières dans l’appareil photo et d’alléger mon fourre-tout. Je perds certes en qualité, mais mes photos de vacances finissent dans des albums avec des tirages ne dépassant pas le A4.
J’ai bien entendu, toujours avec moi un 50 mm f/1,8 (l’optique à presque tout faire) si je dois prendre une photo en basse lumière ou si je pense que la photo mérite un agrandissement.

Si vous voulez recevoir une fois par mois (gratuitement) un conseil photoabonnez-vous à la Newsletter ! 
Bien photographiquement !
Yann MATHIAS / www.etsionparlaitphoto.com


Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*