Comprendre l’ouverture

L’ouverture en photographie est le réglage qui permet de faire varier le diamètre du diaphragme d’objectif.
Dans chaque objectif photo se trouve un diaphragme qui permet de régler la quantité de lumière qui arrivera jusqu’au capteur numérique (ou pellicule).

Photo 1 – Ici : diaphragme à lamelles

Plus l’ouverture sera grande, plus la quantité de lumière entrant dans la chambre photographique sera importante, et inversement.
Pour régler cette ouverture, nous devons soit tourner la bague des diaphragmes sur les objectifs, soit passer par un menu de l’appareil photo et aller chercher la fonction ‘Ouverture / Priorité diaphragme’.
Sur la plupart des appareils photo, nous trouvons le mode ‘ouverture’ sous la désignation Mode ‘A’ du mot anglais ‘Aperture’ ou ‘Av’ : Aperture Value. De là, à l’aide d’une molette, nous allons pouvoir choisir la valeur de cette ouverture.

Les valeurs de base sont les suivantes : f:1 ; f:1,4 ; f:2 ; f:2,8 ; f:4 ; f:5,6 ; f:8 ; f;11 ; f;16 ; f:22; f:32 ; f:45 ; f,64 ; f,128 etc.
A chaque fois que l’on ouvre d’un diaphragme on laisse passer deux fois plus de lumière !
Par exemple à f:4, deux fois plus de lumière entre en quantité dans l’appareil photo qu’à f:5,6.
Aujourd’hui certains appareils photos font apparaître des valeurs intermédiaires ( f:3,3 ; f:10 , etc.)


Photo 2 : l’ouverture

– Un diaphragme très ouvert correspond à une grande ouverture (il laisse passer beaucoup de lumière) et son nombre f: est petit (ex : f:2,8)
– Un diaphragme très fermé correspond à une petite ouverture (il laisse passer très peu de lumière) et son nombre f: est grand (ex : f:22)…

Pour les curieux : la valeur (ou nombre) d’ouverture
Sa valeur est notée N ou f/ ou f:
Formule physique :   f: = distance focale de l’objectif / diamètre de l’ouverture du diaphragme
Par exemple pour un objectif de 50 mm si l’on diaphragme à f:2 (nombre ou valeur d’ouverture) on aura une ouverture d’un diamètre de 25 mm. Tout cela ne vous servira peut-être pas, mais vous comprenez aujourd’hui la signification de ce nombre étrange !

Diaphragme et posemètre
Le diaphragme est couplé au posemètre (système qui permet de mesurer la quantité de lumière d’une scène à photographier). C’est à dire que si vous être en priorité diaphragme (Mode A) l’appareil indiquera en correspondance la vitesse d’obturation la plus adaptée à la luminosité de la scène.

La profondeur de champ

L’ouverture a une incidence directe sur la profondeur de champ (zone de netteté) et donc sur l’ambiance de la photographie – photo 3 .
– Un diaphragme très fermé (par exemple f:16) donnera une grande profondeur de champ
– Un diaphragme très ouvert (par exemple f:1,4) donnera une petite profondeur de champ

Le test de profondeur de champ.

Sur certains appareils photo, il existe un bouton de test de profondeur de champ. Ce bouton permet de fermer le diaphragme (à la valeur de son réglage) pendant la visée (en effet par défaut la visée se fait à diaphragme ouvert), ce qui permet de visualiser plus facilement à l’oeil, la zone de netteté. Le mécanisme est simple : plus le diaphragme est fermé plus l’image dans le viseur s’assombrit et ainsi on distingue mieux la netteté du sujet et de son environnement.

Diffraction et aberrations optiques

Diffraction :
La lumière passant par l’ouverture du diaphragme est diffractée (diffusion d’une onde par les points de l’objet rencontrée par la lumière). Plus l’ouverture est faible (diaphragme fermé) plus le problème sera sensible. L’image devient alors légèrement floue – Photo 4. Le problème est également plus sensible sur les petits capteurs numériques, (fréquemment sur les compacts numériques ; c’est pour cette raison que les compacts ne proposent que rarement un diaphragme supérieur à f:8. Pour les objectifs et les capteurs plus grands, je ne conseille vraiment pas de diaphragmé au-delà de f:16, je me contente souvent de f:11 en paysage.

Photo 4. Diffraction

Aberrations :
Aux grandes ouvertures (par exemple f:1,4) nous pouvons observer des aberrations sphériques, de coma, d’astigmatisme, chromatiques et de vignettage. Aujourd’hui il existe des logiciels permettant de corriger ces aberrations. Je ne peux que vous conseiller d’investir dans un logiciel permettant ces retouches (Lightroom, DXO, Capture One…). Bien entendu les optiques professionnelles sont réalisées pour les éviter au maximum, mais rien n’est parfait et elles ont également leurs limites.

Ce que vous devez retenir :

– Le mécanisme permettant l’ouverture (passage la lumière) s’appelle le diaphragme
– Le diaphragme contrôle la quantité de lumière entrant dans l’appareil photo
– Un diaphragme très ouvert a une petite valeur, par exemple f:1,4
– Un diaphragme très fermé a une grande valeur, par exemple f:22
– La profondeur de champ est la zone de netteté, elle est liée à la valeur du diaphragme
– Un diaphragme très ouvert (par exemple f:1,4) donnera une petite profondeur de champ
– Un diaphragme très fermé (par exemple f:16) donnera une grande profondeur de champ
– Il est conseillé de ne pas diaphragmer au-delà de f:16 afin de ne pas être victime de la diffraction. Suivant les optiques, on obtient les meilleurs résultats vers f:8 et f:11 et parfois même en numérique à f:5,6 sur des petits compacts.
– La pleine ouverture pose également quelques soucis de qualité en apportant des aberrations optiques

© Yann MATHIAS / www.etsionparlaitphoto.com